Les étrusques

0366
Les étrusques - Culture+
Histoire,

L’ori­gine des Étrusques a été un su­jet dé­bat­tu de­puis l’An­ti­qui­té. Hé­ro­dote, par exemple, sup­pose que les Étrusques des­cendent d’un peuple qui a en­va­hi l’Étrurie de l’Ana­to­lie avant - 800 et que leur ins­tal­la­tion dans la ré­gion date de l’âge du fer. De­nys d’Ha­li­car­nasse croit que les Étrusques se­raient d’ori­gine ita­lienne lo­cale. La pré­sence du peuple étrusque en Étru­rie est at­tes­tée par leurs propres ins­crip­tions, da­tée d’en­vi­ron 700 avant J.-C. Il est lar­ge­ment ad­mis au­jourd’hui que les Étrusques étaient pré­sents en Ita­lie avant cette date et que la culture pré­his­to­rique de l’âge du fer ap­pe­lé « vil­la­no­vienne » (IXe-VIIIe s. av. J.-C.) est en fait une phase pré­coce de la ci­vi­li­sa­tion étrusque. Dans la me­sure où au­cune des œuvres lit­té­raires étrusques n’a sur­vé­cu, la chro­no­lo­gie de l’his­toire de la ci­vi­li­sa­tion étrusque a été construite sur la base d’élé­ments de preuve, à la fois ar­chéo­lo­gique et lit­té­raire, de­puis les ci­vi­li­sa­tions les plus connues de la Grèce et de Rome, jusqu’à celles de l’Égypte et du Proche-Orient. Le monde étrusque s’étend chro­no­lo­gi­que­ment du VIIIe siècle avant J.-C., date de l’ap­pa­ri­tion des ci­tés de Tar­qui­nia et de Ve­tu­lo­nia, à 40 avant J.-C., quand l’Étru­rie re­çoit le sta­tut ju­ri­dique de pro­vince ro­maine.

Hé­ro­dote (v. 484-v. 425 av. J.-C.) et Tite-Live (59 av. J.-C.-17 apr. J.-C.) les font ve­nir de Ly­die, pro­vince de l’ac­tuelle Tur­quie. Ils s’ins­tallent pour l’es­sen­tiel sur le ter­ri­toire de l’ac­tuelle Tos­cane. C’est un monde de ci­tés-États, cha­cune do­mi­née par un roi aux fonc­tions re­li­gieuses, le pou­voir vé­ri­table y est entre les mains de ma­gis­trats, élec­teurs an­nuels de leurs princes di­ri­geants, les lu­cu­mons. Les al­liances, mou­vantes, sont sur­tout d’ordre mi­li­taire, si l’on ex­cepte un re­gou­pe­ment religieux com­pa­rable au sys­tème des sym­ma­chies grecques, comme la Do­dé­ca­pole, qui réunit les douze prin­ci­pales ci­tés étrusques au VIe siècle avant J.-C.

Le dé­clin des Étrusques est dû à la com­bi­nai­son de plu­sieurs fac­teurs : l’agi­ta­tion de la plèbe contre les aris­to­crates, les guerres per­dues contre le voi­sin syracusain et sur­tout la mon­tée en puis­sance de Rome. Cette der­nière leur im­pose sa ci­toyen­ne­té au Ier siècle avant J.-C., puis le sta­tut de dé­di­tices, vain­cus soumis, à l’is­sue d’une ul­time ré­volte avor­tée. Les Étrusques vont alors dis­pa­raître dans l’en­semble ro­main, fas­ci­ner le let­tré em­pe­reur Claude (règne de 41 à 54) qui leur consacre un ou­vrage hé­las per­du, les Tyr­rhe­ni­ka, d’après leur nom grec de Tyr­rhe­noï, les Tyr­rhé­niens.

Source de l'article : 1 Kilo Culture générale par Florence Braunstein et Jean-François Pépin. Source de l'image : khanacademy.org.

Article suivant >> << Article précédent